Logo du Secrétariat du conseil du trésor.

L

Langage de balisage (langage de balisage de données)

Langage dont les éléments servent à définir les informations et qui s'ajoutent au contenu d'un document pour faciliter son traitement, préciser son apparence ou autres.

Les technologies de l'information font un abondant usage de langages de balisage. Le plus connu, le Hypertext Markup Langage ou HTML, détermine la nature des éléments des documents diffusés sur le Web. Il permet de définir leur présentation et leurs relations par des liens hypertexte. Le HTML n'est cependant qu'un des langages de balisage que peuvent définir les Standard Generalized Markup Language (SGML) et sa réincarnation plus récente et plus moderne, le Extensible Markup Language (XML). Le SGML et le XML rendent possible la définition de langages de balisage précisément adaptés à la définition des éléments de types particuliers de documents, comme les contrats, les factures, les chèques et ainsi de suite.

Voir l'article 65.

Retour en haut de la page

Langage de balisage de données (voir « Langage de balisage »)

Langage dont les éléments servent à définir les informations et qui s'ajoutent au contenu d'un document pour faciliter son traitement, préciser son apparence ou autres.

Les technologies de l'information font un abondant usage de langages de balisage. Le plus connu, le Hypertext Markup Langage ou HTML, détermine la nature des éléments des documents diffusés sur le Web. Il permet de définir leur présentation et leurs relations par des liens hypertexte. Le HTML n'est cependant qu'un des langages de balisage que peuvent définir les Standard Generalized Markup Language (SGML) et sa réincarnation plus récente et plus moderne, le Extensible Markup Language (XML). Le SGML et le XML rendent possible la définition de langages de balisage précisément adaptés à la définition des éléments de types particuliers de documents, comme les contrats, les factures, les chèques et ainsi de suite.

Voir l'article 65.

Retour en haut de la page

Lien de communication

Procédé de circulation de données entre deux entités connectées qui met en fonction un ensemble de supports et d'équipements propres au mode de transmission.

Selon les caractéristiques spécifiques de la transmission, on peut distinguer des liens numériques ou analogiques. Il existe également des liaisons hertziennes.

Les spécificités de la transmission déterminent la nature des équipements installés — des câbles, des modems, des récepteurs, des satellites. Les modalités de la connexion, telle la vitesse, donnent lieu aussi à une catégorisation des liens de communication.

Retour en haut de la page

Lien (entre une personne et un document technologique)

Ce qui relie, unit. C'est souvent en établissant un lien entre une personne et un document qu'il devient possible d'attribuer les droits et responsabilités relatifs à ce document. L'un des objets de la loi est d'assurer le lien entre une personne, une association, une société ou l'État et un document. Ce lien peut être obtenu par tout procédé ou moyen permettant de les relier. La signature est l'un de ces moyens.

Voir l'article 38.

Retour en haut de la page

Localiser

Les personnes, les documents et les objets qui servent à la communication doivent pouvoir être repérés. Leur localisation peut s'effectuer par un dispositif tangible ou logique apparaissant au certificat. La provenance et la destination des documents peuvent aussi être établies au moyen de l'identification et la localisation des objets qui ont servi à la communication, tels les serveurs, les algorithmes et les certificats.

La localisation du destinataire dans le cas d'un document technologique désigne l'identification de l'emplacement où ce destinataire peut recevoir communication d'un tel document.

Voir les articles 46, 47 et 50.

Retour en haut de la page

Loi sur la publicité légale des entreprises individuelles, des sociétés et des personnes morales (L.R.Q., c. P-45)

Adoptée en 1993 lors de l'adoption du Code civil du Québec, la Loi sur la publicité légale des entreprises individuelles, des sociétés et des personnes morales   (L.R.Q., c. P-45) impose la cueillette et la diffusion d'informations concernant les différents types d'entreprises.

Toute entreprise faisant affaires au Québec doit s'immatriculer sur un registre informatique central, le Registre des entreprises individuelles, des sociétés et des personnes morales (CIDREQ), et tenir annuellement ces informations à jour. Ce registre informatique fait foi du statut légal d'une entreprise, de l'identité de ses dirigeants et des noms qu'elle utilise dans le cours de ses affaires.

Voir l'article 40.

Retour en haut de la page

Longueur de clé

Nombre maximal de bits d'information qui composent une clé de chiffrement. Étant donné que la clé est un dispositif de fonctionnement de l'algorithme de chiffrement, sa longueur contribue à conditionner le niveau de sécurité des systèmes cryptographiques.

La durée d'une attaque de force brute — c'est-à-dire par l'essai de toutes les clés possibles — contre la confidentialité de la clé est notamment fonction de la longueur de la clé, car plus elle est longue, plus le nombre de clés possibles est important. D'autre part, la rapidité de l'opération de chiffrement est aussi déterminée par la longueur de la clé utilisée.

Voir l'article 65.

Retour en haut de la page