Vous êtes ici : AccueilRessources informationnellesArchitecture d'entreprise gouvernementaleStandards et normesNormes ouvertes en technologies de l'information

Normes ouvertes en technologies de l'information

  • Collection de normes ouvertes

L'inforoute est bâtie sur quelques milliers de normes ouvertes, parfois enfouies, parfois inachevées mais déjà implantées, d'autres fois bien définies et sanctionnées mais inégalement implantées. Elles proviennent d'organismes internationaux principalement ; la plupart ont une source institutionnelle, mais certaines émanent de consortiums privés. Le degré d'ouverture lui-même n'est pas toujours le même. La petite forêt semi-aménagée de normes présentée ici témoigne d'expéditions entreprises pour analyser telle ou telle norme, principalement les normes ayant trait à la gestion des documents, à leur classification, à la modélisation des données et à l'organisation des connaissances.

La présente collection de normes ouvertes en technologies de l'information est un carnet qui recueille les notes prises au cours de ces « expéditions » et elle utilise un certain nombre de catégories pour simplifier leur consultation. Celles-ci sont toutefois de profondeur et de qualité variables selon les exigences auxquelles l'expédition répondait et selon la compétence et l'ignorance du rédacteur de note. Le traitement des normes est inégal, mais la trame générale est l'explication des principaux concepts de chaque norme et leur traduction en français.

La consultation de ces notes se fait généralement par un hyperlien provenant d'un autre document où l'adresse de la note pour chaque norme est placée afin de fournir plus d'explications sur celle-ci. Le but principal de ces notes est d'offrir aux francophones un moyen de connaître ces normes qui pour la plupart n'existent qu'en anglais, pour le moment du moins. Chaque note comporte les renseignements décrits dans le tableau suivant.

Modèle de note

Nom de l'élément

Caractéristique de l'élément

Statut du document

Norme officielle, projet de norme, étape

Titre

Nom donné à cette norme, au long et en abrégé. 

Mot clé

À quelle dimension ce document s'apparente-t-il le plus ?

Source

ISO, IETF, W3C, OASIS, autres sources internationales, consortiums

Date de publication

Année ou date complète

Nombre de pages

Entier, terme pour approximation dans certains cas

Langue

Anglais ou français

Lien avec autres normes

Mention des principales relations avec d'autres normes soit en raison de leur origine ou succession, soit en raison de leur complémentarité.

Situation actuelle

Incomplète, acceptée, implantée, déployée

Description

Présentation des principaux concepts particuliers à cette norme. Le résumé de la note apparaît habituellement ici.

Remarque

Tout commentaire jugé pertinent

Lexique anglais-français

Présentation sur trois colonnes : le terme anglais suivi de sa traduction française et d'une définition en français.

La collection comprend plus d'une centaine de notes que l'on peut classer dans l'une des sept dimensions relatives au cycle de vie de l'information, en particulier sous forme de documents, et en fonction de la portée principale de chaque norme. Le but de cette classification en sept branches est d'organiser la matière conformément au modèle de développement de l'Internet pour les affaires en général. La première dimension est la structure logique du contenu que l'on veut aussi uniforme que possible et distincte de la présentation qui, elle, sera diversifiée et ajustable. Les dimensions suivantes correspondent aux façons de signer le document, de le placer dans un contexte d'échange avec l'extérieur, de contrôler la circulation des messages et des documents entre des interlocuteurs dans des circuits de communication et de production de biens et services. La sixième dimension comprend la conservation selon les besoins de la gestion documentaire, en particulier pour ce qui est des métadonnées et elle couvre aussi les besoins généraux de l'archivage au sens de la préservation perpétuelle, ainsi que l'enregistrement des métadonnées dans un registre qui serait la clé de cette stratégie. La dernière catégorie est celle des domaines sémantiques qui devraient être alimentés par les six autres dimensions, toutes pourvues d'un caractère fortement syntaxique (mais non exclusivement).