Vous êtes ici : AccueilRessources humainesAccès à l’égalité en emploiTémoignages« Le PDEIPH : la plus belle chose qui me soit arrivée! »
Entrevue avec M. Gilbert Briand

« Le PDEIPH : la plus belle chose qui me soit arrivée! »
Entrevue avec M. Gilbert Briand

M. Gilbert BriandL’entrevue avec monsieur Gilbert Briand, préposé aux renseignements à la Régie du logement du Québec, a été réalisée par madame Karine Girard, responsable régionale au Centre de services partagés du Québec dans la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean.

Monsieur Briand, quel était votre occupation avant de travailler dans la fonction publique québécoise?

Titulaire d’un baccalauréat en administration, j’ai travaillé pendant 12 ans dans une municipalité. Toutefois, en 1998, à l’âge de 40 ans, j’ai perdu complètement la vision de mon œil droit et celle de mon œil gauche a grandement diminué.

Comme j’ai dû m’absenter pendant plus de six mois pour subir diverses opérations et que je ne pouvais plus accomplir les principales tâches liées à mon emploi, j’ai été remercié.

Qu’avez-vous fait alors?

Malgré la perte d’une grande partie de ma vision, ce qui a entraîné une perte d’autonomie, j’ai toujours cru que je pouvais occuper un emploi et mener une vie active. Afin d’assurer mes fins de mois, je suis donc devenu travailleur autonome; je réparais des ordinateurs. Entre-temps, j’ai participé à divers concours de la fonction publique québécoise.

C’est en 2007, à l’occasion de l’un de ces concours, que j’ai rencontré Annie, une dame du Centre de services partagés du Québec. Celle-ci m’a parlé du Programme de développement de l’employabilité à l’intention des personnes handicapées (PDEIPH).

Par l’entremise de ce programme, j’ai pu commencer, en avril 2008, un emploi occasionnel d’une durée d’un an à la Régie du logement comme préposé aux renseignements.

Vous vous trouviez alors à travailler de nouveau dans une équipe. Comment s’est passée votre intégration?

Je dois d’emblée remercier tous les membres de l’équipe de la Régie pour leur accueil. Ils m’ont témoigné du respect, ils m’ont apporté du soutien dans la réalisation de mes tâches et ils ont aménagé mon environnement de travail. Bref, le personnel a tout fait pour que ma participation au programme soit une réussite, autant sur le plan professionnel que sur le plan humain.

Vos nouvelles tâches étant bien différentes de celles que vous aviez connues auparavant, comment avez-vous réussi à assimiler les notions nécessaires pour les accomplir?

J’étais très motivé et je suis débrouillard de nature. Ainsi, j’ai rapidement appris les lois et les règlements en matière de logement. Cela m’a permis d’interagir aisément avec mes interlocuteurs. Mes collègues et mes gestionnaires ont remarqué que j’avais un sens aigu du service à la clientèle, que les renseignements que je donnais étaient toujours justes et que j’étais une personne très positive.

C’est une belle reconnaissance de la part de vos pairs. Qu’est-ce que cela vous a apporté?

Il est certain que la reconnaissance a un effet important sur la confiance en notre savoir-faire et sur l’estime de soi. Et, quand des mots flatteurs se concrétisent en une offre pour un contrat d’un an à la fin du programme, c’est d’autant plus gratifiant!

« La reconnaissance a un effet important sur la confiance en notre savoir-faire et sur l’estime de soi. »

C’est donc ce qui vous est arrivé?

Oui, et encore mieux! En mars dernier, mon contrat a de nouveau été renouvelé. Je peux donc vous avouer aujourd’hui que, depuis 1998, le PDEIPH est la plus belle chose qui me soit arrivée!

Retour aux archives des témoignages