Vous êtes ici : AccueilNouvelles
Nouvelles

Québec se réjouit de l’acceptation des membres de la Fédération autonome de l’enseignement quant à l’entente globale proposée

Québec, le 30 avril 2021 – La ministre responsable de l’Administration gouvernementale et présidente du Conseil du trésor, Sonia LeBel, et le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, se réjouissent que les quelque 50 000 membres de la Fédération autonome de l’enseignement aient approuvé à près de 89 % l’entente de principe présentée le 16 avril dernier.  

Il s’agit du premier renouvellement de convention collective dans le secteur public et parapublic depuis le début des négociations. Les enseignantes et enseignants du primaire et du secondaire, représentés par la Fédération, bénéficieront ainsi de bonifications de leur rémunération et de leurs conditions de travail pour une période de trois ans (de 2020 à 2023).

Cette nouvelle entente globale, qui pourra être mise en application dès la prochaine rentrée scolaire, propose notamment les mesures suivantes :

  • Augmentation substantielle du salaire à l’entrée de la profession, qui passera de 46 000 $ à 53 000 $ (15 %);
  • Bonification de la rémunération du personnel enseignant, dont le salaire maximum passera de 82 585 $ à plus de 91 000 $;
  • Appui aux élèves en difficulté, avec l’ajout de ressources professionnelles, notamment des orthophonistes, des orthopédagogues et des psychoéducatrices et psychoéducateurs;
  • Mise en place de plusieurs mesures afin de soutenir davantage le personnel enseignant au quotidien, ainsi que la réussite éducative des élèves, dont le retrait de la surveillance, en faveur de la tâche d’enseignement.

Citations :

« Avec cette première entente globale, tous secteurs confondus, notre gouvernement démontre l’importance qu’il accorde au milieu de l’éducation. Nous sommes convaincus que les mesures contenues dans cette entente auront un effet positif, non seulement sur la rétention et le recrutement des enseignantes et des enseignants, mais aussi sur la réussite de nos jeunes, particulièrement ceux en difficulté d’apprentissage. Notre objectif, par cette entente, est de mettre en place des mesures qui visent à améliorer la réussite éducative de nos élèves, ainsi que de valoriser la profession en accordant une plus grande autonomie à nos enseignantes et enseignants et en leur offrant de meilleures conditions de travail. En fin de compte, c’est l’ensemble des Québécoises et Québécois qui sort gagnant de cette entente. Je tiens finalement à remercier l’ensemble des équipes de négociations, dont celle de la FAE et de son président, Sylvain Mallette, pour tout le travail effectué qui nous permet d’en arriver à ce résultat aujourd’hui. »

Sonia LeBel, ministre responsable de l’Administration gouvernementale et présidente du Conseil du trésor

« Nous sommes très heureux de constater que les membres de la Fédération sont, au même titre que nous, convaincus que cette entente changera la face même du milieu de l’éducation au Québec. Avec de telles avancées historiques, en matière de reconnaissance et de valorisation de la profession d’enseignant, et l’ajout de plusieurs ressources supplémentaires, nous tenons parole. Tout est en place pour proposer aux Québécoises et Québécois un réseau de l’éducation plus fort et tourné vers l’avenir. »

Jean-François Roberge, ministre de l’Éducation