Logo du Secrétariat du conseil du trésor.
Vous êtes ici : AccueilNouvelles
Nouvelles

Le gouvernement présente ses offres aux représentants syndicaux

Toutes les nouvelles
12 décembre 2019

Le ministre responsable de l’Administration gouvernementale et président du Conseil du trésor, Christian Dubé, a présenté aujourd’hui les offres du gouvernement aux représentants syndicaux des secteurs public et parapublic, dans le cadre des négociations pour le renouvellement des conventions collectives des quelque 550 000 employés de l’État. Il était accompagné, pour l’occasion, du ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, Jean-François Roberge, et de la ministre de la Santé et des Services sociaux, Danielle McCann. Les offres déposées par le gouvernement ont été définies selon une approche novatrice visant à répondre aux grands enjeux et aux priorités de notre société.

Une hausse de la rémunération de 7 % sur cinq ans

Le gouvernement offre une hausse de la rémunération de 7 %, sur cinq ans, à son personnel, ce qui correspond à un ajout, à terme, de 2,9 milliards de dollars. De plus, le gouvernement module ses autres propositions afin d’accorder une considération particulière à certaines catégories d’emplois, dans le respect des grandes priorités gouvernementales que sont la réussite éducative et l’amélioration de l’accès aux soins de santé. Les préposés aux bénéficiaires et les enseignants font partie de ces catégories d’emplois.

Le ministre Dubé qualifie ainsi son offre de raisonnable et cohérente avec les priorités de notre société.

Un montant forfaitaire

L’offre contient également le versement d’un montant forfaitaire de 1 000 $ à toute personne salariée qui assurera une prestation de travail effective au 31 mars 2020 et qui aura atteint le maximum de son échelle salariale à cette date. Ce montant forfaitaire vise à reconnaître l’apport des employés à leur réseau.

Des forums de discussion paritaires pour traiter des priorités gouvernementales

Pour la première fois dans le cadre des négociations des secteurs public et parapublic, le gouvernement propose de créer, dès maintenant, trois forums pour lesquels des sommes additionnelles sont prévues. Ces forums porteront sur les priorités gouvernementales, à savoir la réussite éducative et l’accessibilité aux soins pour la clientèle en hébergement de longue durée ou recevant des soins à domicile. Le troisième forum portera, quant à lui, sur la santé globale des personnes salariées, un enjeu essentiel à aborder à l’occasion de cette présente négociation. Composés de représentants patronaux et syndicaux, les forums viseraient notamment à discuter de mesures monétaires particulières pour les enseignants en début de carrière et pour les préposés aux bénéficiaires.

Des propositions qui tiennent compte de l’inflation

Au cours des prochains jours, la partie patronale fera connaître d’autres propositions aux représentants syndicaux des secteurs de la fonction publique, des commissions scolaires, des collèges ainsi que de la santé et des services sociaux. En plus de chercher à améliorer la qualité des services et de reconnaître l’expertise et la compétence des employés de l’État, ces propositions tenteront d’aborder les enjeux d’organisation du travail.

Les ressources financières dédiées au renouvellement des conventions collectives, incluant celles dédiées aux forums et aux mesures sectorielles, permettent au gouvernement de faire un dépôt dont les impacts sur la masse salariale sont similaires à l’inflation.

Retour sur les demandes syndicales

Enfin, lors de son annonce, M. Dubé est revenu sur les demandes syndicales, particulièrement en regard des salaires. Il a rappelé que ces demandes, si elles étaient acceptées telles quelles, mettraient en péril les finances de l’État. En effet, la rémunération globale des employés de l’État représente près de 60 % des dépenses de programme du gouvernement, soit environ de 40 milliards de dollars. Chaque augmentation de 1 % équivaut à une hausse récurrente des dépenses de 400 millions de dollars. Selon les calculs du gouvernement, les demandes syndicales représentent, à terme, une augmentation moyenne récurrente de plus de 28 %.

Les offres patronales respectent la capacité de payer des Québécoises et Québécois et évitent d’augmenter le fardeau fiscal des prochaines générations.

Citations :

« Les nouvelles réalités du marché de l’emploi, le vieillissement de la population et l’enjeu de la disponibilité de la main-d’œuvre dans certains secteurs clés nécessitent d’aborder ces négociations selon une nouvelle approche, adaptée aux défis et aux grandes priorités de la société actuelle. Les offres que nous présentons s’inscrivent dans une gestion responsable et raisonnable des finances publiques. Elles permettent également des avancées notables pour solutionner des problématiques liées à la prestation des services aux citoyennes et aux citoyens. J’espère sincèrement que ces négociations seront fondées sur l’écoute mutuelle et, qu’à leur conclusion, ce sera l’ensemble de la population québécoise qui s’en trouvera gagnante. »

Christian Dubé, ministre responsable de l’Administration gouvernementale et président du Conseil du trésor

« C’est bien connu, le réseau de l’éducation doit composer avec de multiples défis pour s’assurer que chaque élève aille au bout de son potentiel. Je salue ces offres patronales qui démontrent que la réussite éducative est la première priorité de notre société. Il est primordial, pour notre gouvernement, d’aborder les enjeux d’attraction, de fidélisation et de reconnaissance, notamment de la profession d’enseignant. »

Jean-François Roberge, ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur

« Je suis satisfaite du dépôt d’ouverture fait par mon collègue président du Conseil du trésor. Je constate que M. Dubé est sensible à la réalité du système de santé. Je salue l’initiative du ministre de mettre sur pied, très bientôt, un forum de discussion offrant l’occasion d’aborder les enjeux qui touchent plus particulièrement les préposés aux bénéficiaires. Grâce à cette tribune, nous pourrons adopter des mesures structurantes, tant sur le plan des conditions de travail et de la rémunération que par rapport à l’amélioration de l’accès aux soins de santé. »

Danielle McCann, ministre de la Santé et des Services sociaux

Documentation

Toutes les nouvelles