Logo du Secrétariat du conseil du trésor.
Vous êtes ici : AccueilMinistre et SecrétariatMinistreBlogue du présidentUn an de gestes structurants

Un an de gestes structurants

01 octobre 2019 Christian Dubé

Vendredi, près d’un an après notre entrée en poste, j’ai eu l’occasion de revenir sur les principales actions que nous avons pilotées, au cours des derniers mois, lors d’une interpellation   au sujet de la gestion des dossiers qui relèvent du Secrétariat du Conseil du trésor. Ainsi, grâce à ce débat, demandé par le député de La Pinière, M. Gaétan Barrette, j’ai pu faire état de l’avancement des chantiers phares qui s’inscrivent notamment dans la Stratégie de gestion des dépenses 2019-2020  (3,21 Mo), qui est le fil conducteur de notre travail au Conseil du trésor. Chacun des engagements que nous avons pris a été réfléchi et discuté, et rien n’a été laissé à l’improvisation.

Vous pouvez visionner une partie de mon introduction à cette interpellation juste ici :

Nous avions promis du changement et une plus grande efficacité de l’État. Ces engagements étaient appuyés par un cadre financier responsable. Depuis notre arrivée, nous n’avons pas seulement annoncé du changement; nous avons également accompli des gestes structurants pour l’amorcer.
En voici quelques exemples.

Diminuer les coûts d’acquisition

D’abord, lors du dévoilement de la Stratégie de gestion des dépenses, en mars, nous nous étions engagés à réduire les coûts d’acquisition des biens et services. La semaine dernière, nous avons concrétisé ce geste, le ministre Éric Caire et moi, en déposant le projet de loi visant principalement à instituer le Centre d’acquisitions gouvernementales et Infrastructures technologiques Québec. J’ai d’ailleurs consacré mon plus récent billet de blogue à ce sujet.

Construire, rénover et agrandir les établissements scolaires

Par ailleurs, nous sommes à pied d’œuvre avec le chantier d’agrandissement, de rénovation et de construction d’écoles pour offrir aux élèves québécois, dans les prochaines années, des établissements modernes qui leur permettront d’aller au bout de leur potentiel. C’était un engagement fort, que nous avions pris lors de la dernière campagne. Encore ici, on est loin de l’improvisation, étant donné que cet engagement s’inscrit dans le Plan québécois des infrastructures 2019-2029 (PQI)  (3,65 Mo). J’explique le tout plus longuement dans cet extrait vidéo de l'interpellation  (5,47 Mo).

Investir massivement en transports collectifs

Nous investissons également en transport et en développement durable, alors qu’une somme de 9 milliards de dollars et destinée au transport collectif est prévue au PQI  (3,65 Mo). Toujours en transport collectif, nous avons indiqué qu’une portion de l’enveloppe centrale de 4,3  milliards de dollars sur 12  milliards de dollars est réservée à des projets spécifiques (page B4). En outre, nous avons annoncé plusieurs projets (page B14) dont le coût total est estimé à plus de 10  milliards de dollars pour un grand total de 23,3  milliards de dollars. Cette somme ne tient pas compte non plus de certains projets qui sont considérés et qui n’étaient pas au PQI en date de sa publication, comme le lien entre le centre-ville de Montréal et Lachine ou le prolongement du REM au sud vers Chambly et au nord vers Laval.

D’un autre côté, les investissements, dans le réseau routier, totalisent 24,6 milliards de dollars (page B4). De cette somme, 20,2 milliards de dollars sont destinés à l’entretien du réseau existant. Plusieurs projets de moins grande envergure ont été mis à l’étude et seront confirmés ultérieurement (page B10).

C’est pour cette raison que nous faisons souvent référence à notre objectif de tendre vers une proportion équivalente de transport collectif et routier, qui traduit notre engagement à investir massivement dans le transport collectif. Voici un extrait de l’interpellation  (21 Mo) à ce sujet.

Contrôler les effectifs

J’ai également rappelé notre engagement  (9,13 Mo) à réduire de 5 000 le nombre de postes administratifs en procédant par attrition, ce qui représente 1 % des effectifs du secteur public.

Relever le défi de la Transformation numérique de l’État

Je ne veux pas passer sous silence l’avancement des travaux menés par mon collègue, le ministre délégué à la Transformation numérique gouvernementale, M. Éric Caire, pour faciliter les échanges entre l’État et la population, renforcer la sécurité des données et optimiser les dépenses liées aux technologies de l’information, notamment. J’en ai d’ailleurs déjà parlé sur ce blogue.

Optimiser l’application de la Loi sur l’administration publique

Finalement, j’ai aussi abordé mon sujet préféré, comme vous vous en doutez sûrement, soit le plan d’action gouvernemental qui vise à optimiser l’application de la Loi sur l’administration publique. Nous sommes en train de redonner toute son importance à la planification stratégique et à la reddition de comptes publique, par respect pour les citoyennes et les citoyens qui ont le droit de savoir comment l’État se porte.

Ce ne sont que quelques exemples d’actions qui ont été enclenchées rapidement, mais qui ont été réfléchies, puisqu’elles s’inscrivent toutes dans la Stratégie de gestion des dépenses du gouvernement ou dans le Plan québécois des infrastructures, deux documents importants publiés six mois seulement après notre arrivée au Parlement.

Au quotidien, je suis toujours guidé par les visées que j’avais pour l’État, il y a un an, et même plus. Je parle notamment de la rigueur budgétaire, de l’augmentation de la performance, de la transparence et de l’efficience dans l’administration publique, ainsi que de l’optimisation des dépenses qui ne sont pas directement liées aux services à la population. L’objectif est d’offrir des services améliorés aux citoyennes et citoyens.

Finalement, je vous invite à consulter le portrait complet des réalisations   du gouvernement.

Commentaires (0)

Aucun commentaire!

Identification

Pour commenter, veuillez vous connecter ou créer un compte.
Connexion

Mot de passe oublié ?