Vous êtes ici : HomeHuman RessourcesAccès à l’égalité en emploiTémoignagesUn gestionnaire conscientisé...
Témoignage de M. Yvan Roy

Un gestionnaire conscientisé...
Témoignage de M. Yvan Roy

Un gestionnaire conscientisé... Entrevue avec M. Yvan RoyL’engagement d’Yvan Roy, chef du Service du soutien à la gestion à la Direction de l’Est-de-la-Montérégie du ministère des Transports du Québec (MTQ), et de ses collègues à l’endroit des personnes handicapées pourrait être qualifié de modèle. Cette unité compte accueillir à nouveau, au cours de l’année, deux participants au Programme de développement de l’employabilité à l’intention des personnes handicapées (PDEIPH). Voilà un bel exemple d’une équipe dont tous les employés du ministère peuvent être très fiers!

Tous les êtres humains naissent libres et égaux? Hélas, la vie s’occupe bien de modifier cet adage. Quotidiennement, tant sur le plan scolaire, professionnel ou social, les personnes handicapées doivent composer avec de nombreux obstacles. Heureusement, par ses valeurs, la société québécoise tente de minimiser les préjugés et de valoriser l’inclusion des personnes ayant des incapacités. Au MTQ, Yvan Roy se sent interpellé par cette mission.

« Je me fais un devoir en tant que gestionnaire public de collaborer au PDEIPH. Au cours des quatres dernières années, nos projets d'emplois ont été retenus par le comité d'évaluation et de sélection des projets. Nous avons jusqu’à présent accueilli six personnes, dont deux pour un poste de technicien en informatique, trois autres pour un poste d’agent de bureau au niveau des ressources humaines et une autre au niveau de la gestion documentaire. Elles ont accompli des tâches que nous aurions dû mettre de côté sans elles », souligne Yvan Roy.

« Je me fais un devoir en tant que gestionnaire public de collaborer au PDEIPH. Au cours des quatres dernières années, nos projets d'emplois ont été retenus par le comité d'évaluation et de sélection des projets ».

« Ces participants sont des personnes très motivées. Ils ont fortement le désir de s’intégrer et sont conscients d’être privilégiés par cet appui gouvernemental qui leur est offert. Toutefois, au terme du programme, nous ne pouvons pas toujours leur assurer un poste, mais nous savons qu’ils auront la possibilité d’être recrutés ailleurs au sein de la fonction publique. »

D’ailleurs, M. Roy a appris que l’une des personnes ayant participé au programme occupe actuellement un poste d’occasionnel dans un autre ministère. « Il m’a exprimé toute sa reconnaissance de lui avoir donné sa chance. Pour ma part, un tel témoignage s’ajoute à mes bénéfices marginaux… », lance-t-il. Un autre des participants  vient d’obtenir un contrat d’un an, à titre d’agente de bureau, au secteur des ressources humaines de notre Direction.

Michel Bonin travaille comme technicien en informatique. Il a agi en tant que superviseur et n’en était pas à sa première expérience. « Ces dernières années, j’ai accueilli plusieurs participants au PDEIPH ainsi que des étudiants. Je vous avoue que le handicap avec lequel nos techniciens en informatique du programme avaient à composer n’a rien changé à ma manière de les accompagner. Ils ont su rapidement s’adapter, tisser des liens et se rendre disponibles lorsqu’on avait besoin d’eux. »

« Ce programme est d’autant plus intéressant qu’il dure 12 mois, renchérit M. Bonin. Il permet aux participants de bien comprendre qu'ils ont ce qu'il faut pour réussir. Il est donc avantageux d’avoir la possibilité d’utiliser leurs compétences sur une période prolongée. D’ailleurs, leur départ nous cause toujours un petit pincement, car on a le temps de s’attacher et d’imaginer qu’ils sont devenus indispensables. »

« De plus, mentionne sa collègue Alyn Lalumière, conseillère en gestion des ressources humaines, ce programme est très apprécié de part et d’autre. En outre, il permet au participant d’acquérir une vaste expérience afin de pouvoir réintégrer le marché du travail. En ce sens, elle est fière de pouvoir y contribuer. C’est une expérience fort enrichissante.

Le texte a été écrit par Mme Andrée Préfontaine, Conseillère en gestion des ressources humaines au MTQ.

Retour aux témoignages