Vous êtes ici : HomeHuman RessourcesAccès à l’égalité en emploiTémoignagesAugustin Jerson Raharolahy, un exemple d’intégration réussie

Augustin Jerson Raharolahy, un exemple d’intégration réussie

M. Raharolahy se souvient du jour de son arrivée à Montréal; en compagnie de son épouse, il a vécu son premier choc culturel. Il a été étonné, après avoir remercié un passant qui lui indiquait son chemin, de se faire répondre par le mot « bienvenue ». « Comment a-t-il deviné que nous venions tout juste d’arriver? », s’est-il alors demandé. Ce simple quiproquo dans la définition des mots est un exemple intéressant des nombreux repères culturels différents auxquels un nouvel arrivant doit s’adapter.

Pourtant, étant Malgache d’origine, M. Raharolahy maîtrise parfaitement la langue française pour avoir fait des études supérieures en France et en Suisse. Au fil des ans, il a admirablement réussi à arrimer son bagage culturel aux codes de vie des Québécois. Il s’est vite attaché au caractère chaleureux de ceux-ci et affirme avoir été impressionné par l’intérêt accordé à la préservation de la langue française.

Naturellement, les longs mois d’hiver ont été parmi les obstacles majeurs à surmonter, car Madagascar est une île dans l’océan Indien où règne la chaleur, avec des températures variant de 16 °C à 40 °C. Malgré les grands froids, le travail l’a conduit à Québec et il y a fondé une petite famille avec deux enfants dont il est très fier. M. Raharolahy n’a pas tablé que sur son confort familial. Il a vite été reconnu pour sa volonté de s’engager dans son milieu en cumulant fonctions et responsabilités au sein de plusieurs organisations. Il suffit de taper son nom dans Google pour obtenir au moins une page de grands titres à consulter sur son apport à la société québécoise.

C’est le journaliste Alain Bouchard, du journal Le Soleil, qui déclarait : « Dans le domaine de l'immigration, qui ne connaît pas M. Raharolahy ne connaît pas Québec. » Socialement, non seulement il est connu au sein de nombreux organismes d’intégration des nouveaux arrivants, mais il a aussi activement encouragé les activités sportives chez les jeunes en plus de s’intéresser de près à la lutte contre la pauvreté. Il a également été le premier membre du conseil d’administration de la Commission de la capitale nationale du Québec. Enfin, depuis 2003, les autorités de Madagascar ont reconnu de manière officielle son dévouement de même que son engagement dans de multiples organisations de coopération et de développement en le nommant consul honoraire à Québec.

En plus de son engagement actif dans la communauté, sa formation spécialisée en économie appliquée au domaine des transports a été grandement mise à profit au ministère des Transports du Québec (MTQ). Au fil de sa carrière, il est devenu une personne-ressource reconnue en matière de transport aérien. Il a été sollicité à diverses reprises pour représenter le Ministère dans différents projets et événements à caractère international. Toute cette expertise consciencieusement développée lui a valu, au début des années 90, le titre de « Fellow » du Chartered Institute of Logistics and Transport, organisme international présent dans plus de 30 pays. Ce titre, dont il est plutôt fier, traduit un haut niveau de reconnaissance pour ses compétences acquises dans le domaine des transports.

D’après le bilan de tout ce que M. Raharolahy a accompli à ce jour, on peut aisément conclure qu’il a pris à cœur son désir de s’intégrer pleinement et qu’il a fortement contribué à enrichir sa société d’accueil. On pourrait dire qu’il représente parfaitement le slogan du gouvernement du Québec, La diversité : une valeur ajoutée. Des histoires comme la sienne, il y en a plus d’une et elles méritent d’être mieux connues.


Ce texte, écrit par madame Andrée Préfontaine, conseillère en gestion des ressources humaines au MTQ, a été publié dans l’intranet du MTQ en octobre 2010.