Vous êtes ici : HomeNouvelles
Nouvelles

Le gouvernement privilégie un retour graduel des employés dans les milieux de travail à compter de septembre

Bien que le télétravail ne soit plus obligatoire, mais recommandé dans le contexte épidémiologique actuel, le gouvernement privilégie un retour graduel dans les milieux de travail public et privé, et ce, dans le respect des mesures sanitaires. Voilà l’un des messages véhiculés aujourd’hui en conférence de presse par la ministre responsable de l’Administration gouvernementale et présidente du Conseil du trésor, Sonia LeBel, et le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale et ministre responsable de la région de la Mauricie, Jean Boulet. Ils étaient accompagnés, pour l’occasion, du conseiller médical stratégique à la Direction générale de la santé publique du ministère de la Santé et des Services sociaux, Dr Richard Massé.

La ministre LeBel a ainsi dévoilé le plan de retour graduel au travail pour le personnel de la fonction publique, qui s’effectuera dès le 7 septembre, ainsi que la politique-cadre en matière de télétravail, qui instaurera un mode hybride pour les employés et les gestionnaires de la fonction publique dès le début de l’année 2022.

Le ministre Boulet a pour sa part invité les entreprises du Québec à ouvrir le dialogue avec leurs employés pour définir les futures modalités d’organisation du travail et préparer le retour de façon progressive même si certaines ont déjà entrepris le retour sur les lieux de travail. Si la situation épidémiologique et la couverture vaccinale de la population le permettent, le retour des employés dans les milieux de travail pourrait se faire graduellement après la période de vacances au moment de la rentrée en septembre.

Un retour graduel dès le 7 septembre pour le personnel de la fonction publique

Le plan de retour pour le personnel de la fonction publique sera mis en œuvre à compter du 7 septembre prochain. Approuvé par les autorités de la santé publique, celui-ci prévoit une présence croissante du nombre d’employés s’échelonnant sur plusieurs semaines afin d’expérimenter le mode hybride, qui combine le travail au bureau et le télétravail. Évidemment, la réalisation de ce plan est tributaire de la situation épidémiologique de l’automne et des mesures sanitaires qui seront en vigueur.

À la suite de cette étape, les dispositions de la politique‑cadre en matière de télétravail s’appliqueront. En début d’année 2022, le télétravail tel qu’il est prévu dans la politique-cadre sera déployé dans l’ensemble de la fonction publique. Il sera offert sur une base volontaire, à raison d’un maximum de trois jours par semaine et en alternance avec la pratique d’activités dans le milieu de travail.

Les règles pour les entreprises du Québec

Il est fortement recommandé, comme pour la fonction publique, que les entreprises se dotent d’un protocole de retour au travail. Ce plan doit assurer un environnement de travail sécuritaire pour mettre en œuvre les mesures de prévention requises, de minimiser les contacts et, par conséquent, de limiter la propagation du virus.

Pour s’assurer que les lieux de travail sont sains et sécuritaires, l’employeur doit observer certaines règles :

  • Respecter les cinq principes de prévention de la COVID-19, soit l’exclusion des personnes symptomatiques, la distanciation physique, l’hygiène de mains, l’étiquette respiratoire et la salubrité de l’environnement;
  • Porter une attention au principe de la distanciation physique, qui peut être particulièrement difficile à respecter continuellement dans les milieux de travail. Une solution de rechange à la distanciation physique est l’utilisation d’une barrière physique ou le port d’un masque de qualité;
  • Planifier le retour graduel et ordonné de son personnel. Cette planification permet de vérifier l’efficacité et le respect des mesures de prévention mises en place;
  • Informer les travailleuses et les travailleurs des mesures de prévention devant être respectées;

Le mode hybride : une forme d’organisation du travail qui génère des retombées positives

Le mode hybride, qui prend en compte les avantages de la pratique alternée du télétravail et de la présence dans le milieu de travail, fait partie des modalités envisagées par plusieurs employeurs. Reposant sur la santé et la sécurité physique et psychologique des travailleurs et des travailleuses, il comporte de nombreuses retombées positives, notamment la conciliation travail-famille.

Pour les employeurs, ce mode de travail permet également de bénéficier d’une meilleure attractivité et capacité de maintien du personnel, dans un marché qui demeure très compétitif. Des économies d’espace et sur le plan financier sont également envisageables, à différents niveaux. Enfin, le recours au télétravail en mode hybride contribuera à la reprise de certaines activités dans les centres-villes, en plus de réduire le nombre de voitures sur les routes du Québec.

Citations :

« Le gouvernement est fin prêt à la réintégration progressive et sécuritaire du personnel de la fonction publique. La pandémie de COVID-19 aura permis d’expérimenter le télétravail à grande échelle au gouvernement. Nous officialisons désormais ce mode d’organisation du travail dans la fonction publique par l’intermédiaire de la politique-cadre. Nous avons tout à gagner à moderniser nos façons de faire pour être plus attractifs, améliorer le contexte de travail de nos employés et favoriser la mobilité durable. La politique-cadre offrira également au gouvernement l’occasion d’optimiser ses espaces de travail afin de mieux répondre aux besoins des employés et pourra générer, à terme, des économies. Je suivrai avec intérêt le retour graduel du personnel dans les milieux de travail, de même que l’expérimentation du mode hybride, notamment les effets de cette nouvelle organisation du travail sur la prestation de services, mais également sur nos ressources humaines. »

Sonia LeBel, ministre responsable de l’Administration gouvernementale et présidente du Conseil du trésor

 La mobilisation des milieux de travail a permis de maintenir des lieux de travail sains et sécuritaires pendant la pandémie. En vue de la rentrée, après la fête du Travail, je demande maintenant aux employeurs de planifier le retour progressif de leurs employés. Tout comme pour les employés de la fonction publique, je recommande le recours à la formule hybride, soit une alternance entre le télétravail et le travail en présence. Cette formule permettra d’assurer le succès d’un retour graduel sécuritaire. L’expérience de la dernière année a démontré que le télétravail est un mode d’organisation du travail qui est appelé à perdurer. Il reviendra aux milieux de travail d’en définir les paramètres. J’encourage les différentes parties à échanger sur le sujet, en gardant à l’esprit le respect des travailleurs et le droit de gestion des employeurs. »

Jean Boulet, ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale et ministre responsable de la région de la Mauricie

« Bien que le télétravail ne soit plus obligatoire, il reste recommandé par la santé publique. Le retour progressif en présentiel doit être rigoureusement planifié par les employeurs, dans la pleine mesure de leur droit de gérance et de leur autonomie à cet égard. La santé publique recommande d’amorcer le retour en présentiel à la fin de l’été pour permettre une diminution très importante du nombre de cas de COVID-19 avant la rentrée. Elle suggère également que le retour des employés débute sur la base du volontariat afin de permettre une préparation et une réappropriation du milieu du travail. À plus long terme et minimalement tant que l’urgence sanitaire prévaudra, un mode hybride présentiel-télétravail devrait être privilégié pour le personnel actuellement en télétravail, afin d’éviter le retour de tous les employés en tout temps dans ces lieux de travail. »

Dr Richard Massé, Conseiller médical stratégique, Ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec

Liens connexes :