Vous êtes ici : HomeNouvelles
Nouvelles

Le gouvernement du Québec signe une nouvelle entente de principe sectorielle en éducation

Franchissant un pas de plus vers le renouvellement de l’ensemble des conventions collectives, dans le secteur de l’éducation, la ministre responsable de l’Administration gouvernementale et présidente du Conseil du trésor, Sonia LeBel, et le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, sont heureux d’annoncer la conclusion d’une entente de principe avec plus de 10 000 membres de la Fédération des professionnelles et des professionnels de l’éducation, affiliée à la Centrale des syndicats du Québec (CSQ).

L’annonce d’aujourd’hui vise l’amélioration des conditions d’emploi de différentes ressources professionnelles de l’éducation telles que les psychologues, les psychoéducateurs et les conseillers pédagogiques, qui travaillent dans différents centres de services scolaires et qui offrent aux élèves des services aussi bien directs qu’administratifs.

Comme dans toute négociation, le contenu de l’entente demeure confidentiel jusqu’à ce que celle-ci ait été entérinée par les membres.

Citations :

«Cette nouvelle entente s’ajoute à celles qui ont été conclues avec la Fédération autonome de l’enseignement, les Fédérations des enseignants et des employés de soutien de la CSQ et les trois syndicats en éducation affiliés à la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec pour faire en sorte qu’une entente de principe ait été convenue avec 82% du personnel du secteur de l’éducation. Elle démontre, encore une fois, que nous sommes à l’écoute des jeunes, des parents et du personnel de notre réseau de l’éducation dans l’ensemble des régions du Québec. »

Sonia LeBel, ministre responsable de l’Administration gouvernementale
et présidente du Conseil du trésor

« Je suis très heureux de cette nouvelle entente en éducation. Les ressources professionnelles visées représentent un pilier important de l’une des grandes priorités de notre gouvernement. Je suis convaincu que cette entente aura un effet positif pour ces acteurs de premier plan dans la réussite de nos élèves, notamment celles et ceux qui ont des besoins particuliers. »

Jean-François Roberge, ministre de l’Éducation