Vous êtes ici : AccueilBudget de dépensesArchivesBudget de dépenses 2006-2007Poursuivre sur la voie d'une gestion saine et responsable

Poursuivre sur la voie d'une gestion saine et responsable

Québec, le jeudi 23 mars 2006 – « Je dépose aujourd’hui un budget de dépenses qui s’inscrit dans la voie tracée depuis notre arrivée au pouvoir, soit celle de la rigueur, de la discipline et de la saine gestion. Les efforts déployés au cours des dernières années nous ont permis de reprendre le contrôle des dépenses publiques tout en améliorant les services offerts aux citoyens », a affirmé la présidente du Conseil du trésor et ministre responsable de l’Administration gouvernementale, Mme Monique Jérôme-Forget, à l’occasion du dépôt du Budget de dépenses 2006-2007.

Croissance contrôlée des dépenses

Encore une fois cette année, le Québec fait mieux qu’ailleurs au Canada en matière de contrôle budgétaire. En effet, seule l’Île-du-Prince-Édouard affiche pour 2005-2006 un taux de croissance de ses dépenses de programmes plus faible que celui de 2,7 % du Québec.

Pour 2006-2007, le gouvernement maintiendra cette rigueur budgétaire qui le caractérise et limitera l’augmentation du budget de dépenses de programmes à 3,9 %, soit une hausse de 1 933 millions de dollars. Les dépenses de programmes devraient ainsi atteindre 50 873 millions de dollars.

1,5 milliard pour l’équité salariale

En plus des sommes déjà réservées, une provision additionnelle de 457 millions de dollars est inscrite à la dépense pour l’année 2006-2007 au chapitre de l’équité salariale. Au total, c’est une somme de plus de 1,5 milliard de dollars qui est mise en réserve dans l’attente d’un règlement de la question de l’équité salariale. « Le règlement du dossier de l’équité salariale est l’une de nos priorités en 2006-2007. Nous avons déposé des propositions qui représentent, sur une pleine année, un ajustement annuel de l’ordre de 450 millions de dollars, soit l’équivalent de 2 % de la masse salariale globale du gouvernement. Nous comptons bien en arriver à un règlement tout en respectant la capacité de payer des contribuables québécois », a affirmé la ministre.

Investir dans les secteurs prioritaires

Le secteur de la santé et des services sociaux se voit octroyer des fonds additionnels de 1 303 millions de dollars, soit 67 % de la croissance des dépenses de programmes en 2006-2007. Le budget du ministère de la Santé et des Services sociaux augmente ainsi de 6,3 %. Le portefeuille du ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport profite également d’une croissance importante de son enveloppe budgétaire, soit 5,4 %, ce qui représente un ajout de 660 millions de dollars. Quant au budget des autres portefeuilles, il demeure relativement stable avec une légère baisse de 0,2 %.

Réinvestir dans les infrastructures publiques

Le gouvernement poursuit et renforce ses actions dirigées vers le maintien d’actifs, notamment dans les secteurs de la santé et des services sociaux, de l’éducation et des transports. Au total, ces investissements passeront de 706 millions de dollars en 2004-2005 à près de 1,2 milliard de dollars en 2007-2008. « Cette politique responsable, annoncée l’an dernier, témoigne de notre volonté d’investir dans notre patrimoine et d’agir aujourd’hui afin de léguer aux générations futures des infrastructures publiques dont elles pourront être fières », a déclaré la présidente du Conseil du trésor.

Poursuivre la modernisation de l’État

La modernisation de l’État se poursuivra en 2006-2007 avec notamment l’introduction d’un nouveau cadre de gestion des grands travaux publics, la mise en œuvre de Services Québec, de nouvelles avancées dans la mise en place du gouvernement en ligne et l’atteinte de nouvelles cibles de réduction de la taille de l’État.

La cible de réduction prévue en 2005-2006 a d’ailleurs été atteinte, de nouveau cette année, avec une réduction de 1 110 effectifs. Pour l’année qui débute le 1er avril 2006, le gouvernement maintient le cap sur une nouvelle réduction, cette fois de 1 211 effectifs, ce qui conduira à une réduction cumulative de 3 721 effectifs depuis mai 2004, soit près de 5 % de l’effectif total du gouvernement.

Envisager l’avenir avec confiance

« Ce budget nous donne les assises nécessaires à la réalisation de nouveaux objectifs. Nous pouvons maintenant envisager l’avenir avec plus de confiance en sachant que notre niveau de dépenses respecte notre capacité de payer. En poursuivant nos efforts de modernisation, notamment par le développement de grands projets en partenariat public-privé, nous tirerons enfin profit de notre plein potentiel collectif. Plus que jamais, nous pouvons aller de l’avant », a conclu la présidente du Conseil du trésor.

Les documents qui composent le Budget de dépenses 2006-2007 seront versés, à la suite de leur dépôt à l’Assemblée nationale, dans le site Internet du Secrétariat du Conseil du trésor, à la rubrique Budget de dépenses.

- 30 -