Vous êtes ici : AccueilBudget de dépensesArchivesBudget de dépenses 2005-2006Un budget qui respecte nos priorités

Un budget qui respecte nos priorités

Québec, le jeudi 21 avril 2005 – « Tout en maintenant le contrôle sur la croissance des dépenses en 2005-2006, nous parvenons à accroître de façon importante les budgets des secteurs prioritaires que sont la santé et l’éducation. Nous respectons ainsi nos engagements à répondre aux besoins identifiés par les citoyens du Québec », a affirmé la présidente du Conseil du trésor et ministre responsable de l’Administration gouvernementale, Mme Monique Jérôme-Forget, à l’occasion du dépôt du Budget de dépenses 2005-2006.

Investir dans le secteur de la santé et des services sociaux

En 2005-2006, l’enveloppe budgétaire du ministère de la Santé et des Services sociaux augmente de 826 millions de dollars, soit une croissance de 4,1 %. Le budget du ministère de la Santé et des Services sociaux s’établit ainsi à 20,9 milliards de dollars et représente 43 % de l’ensemble des dépenses de programmes du gouvernement. En plus de financer la croissance du coût des services, le relèvement du budget du ministère permet de poursuivre, de façon progressive mais soutenue, le retour à l’équilibre budgétaire du réseau entrepris l’an dernier.

De plus, de nouveaux investissements, totalisant plus de 1,2 milliard de dollars, seront mis en œuvre au cours des prochaines années. Ces nouveaux investissements serviront notamment à la réalisation de projets de construction et de rénovation, et à l’amélioration de la qualité de vie dans les centres hospitaliers de soins de longue durée (CHSLD). La priorité est également donnée à l’amélioration des salles d’urgence et à l’acquisition d’équipements de haute technologie, notamment en radio-oncologie et en cardiologie. 

« L’ampleur du rattrapage à effectuer est considérable. C’est pourquoi ces investissements représenteront près de quatre fois le montant annuel moyen consacré aux nouvelles infrastructures de santé et de services sociaux entre 1994-1995 et 2002-2003 », a affirmé la ministre. Une somme de 1,6 milliard de dollars s’ajoutera également à ces montants, au cours des prochaines années, pour la construction des hôpitaux universitaires de Montréal.

Investir dans le secteur de l’éducation

Le budget du ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport est augmenté à nouveau de 2,7 % en 2005-2006, soit une hausse de 321 millions de dollars. Cette augmentation porte l’enveloppe budgétaire du ministère à 12,2 milliards de dollars, ce qui représente plus du quart de l’ensemble des dépenses de programmes du gouvernement.

La hausse de 321 millions du budget du ministère permettra notamment le financement intégral de l’augmentation du coût des services et le plein respect des engagements pris envers les étudiantes et les étudiants quant au financement du programme d’aide financière aux études. Une partie de cette hausse permettra également de poursuivre les nouvelles initiatives entreprises en 2004-2005, dont le programme d’aide aux devoirs ainsi que l’embauche de ressources professionnelles pour les élèves handicapés ou en difficulté d’adaptation ou d’apprentissage.

Le gouvernement entend de plus investir 362 millions de dollars en immobilisations au cours des trois prochaines années pour la construction de nouvelles infrastructures et l’achat de nouveaux équipements. L’acquisition de nouvelles technologies et l’achat de livres seront priorisés.

Investir dans les autres secteurs

« En plus de réinvestir massivement en santé et en éducation sans couper dans les autres programmes et sans réduire les services à la population, nous nous assurons de réinvestir dans d’autres secteurs jugés prioritaires. Les enveloppes budgétaires de la famille, des aînés et de la condition féminine, des affaires municipales et des régions, de la culture, des transports, des ressources naturelles et de la faune sont ainsi rehaussées », a affirmé la présidente du Conseil du trésor.

Le budget du ministère de la Famille, des Aînés et de la Condition féminine est augmenté de 9 % afin notamment de compléter le réseau de 200 000 places de garde à contribution réduite d’ici au 31 mars 2006. Le budget des Affaires municipales et des Régions est de son côté augmenté de 8,4 % tandis que le budget du ministère des Transports s’accroît de 9,2 % dans le contexte des hausses importantes des investissements réalisés sur le réseau routier du Québec.

Les documents qui composent le Budget de dépenses 2005-2006 seront versés, à la suite de leur dépôt à l’Assemblée nationale, dans le site Internet du Secrétariat du Conseil du trésor, à la rubrique Budget de dépenses.

- 30 -