Logo du Secrétariat du conseil du trésor.
Vous êtes ici : AccueilBudget de dépensesArchivesBudget de dépenses 2003-2004Déposé le 13 juin 2003Mise en œuvre de la réingénierie de l'État afin de le recentrer sur ses missions essentielles et d'assurer l'équilibre budgétaire de manière durable

Mise en œuvre de la réingénierie de l'État afin de le recentrer sur ses missions essentielles et d'assurer l'équilibre budgétaire de manière durable

Québec, le vendredi 13 juin 2003 - « Les choix effectués dans ce budget de dépenses ne sont qu’un premier pas vers la stabilisation des dépenses. Il nous faudra aller beaucoup plus loin pour dégager les ressources qui nous permettront de réaliser les engagements pour lesquels les citoyens nous ont élus. » Voilà le message qu’a lancé la présidente du Conseil du trésor, ministre responsable de l’Administration gouvernementale et ministre responsable de la région de Montréal, Mme Monique Jérôme-Forget, au moment de déposer le Budget de dépenses 2003-2004.

Cinq questions fondamentales

La présidente du Conseil du trésor entreprendra sous peu, en collaboration avec ses collègues, une vaste opération de réingénierie de l’État au cours de laquelle elle procédera à l’examen exhaustif des interventions et des activités du gouvernement.

En plus de coordonner les six grands travaux déjà annoncés dans le discours inaugural, la présidente conviera les ministères et les organismes à répondre à cinq questions fondamentales :

  • Rôle de l’État : Ce programme répond-il toujours à une mission de l’État ?
  • Efficacité : Atteint-il ses objectifs ?
  • Efficience : Pourrait-on l’offrir autrement à moindre coût tout en préservant la qualité du service à la population ?
  • Subsidiarité : Quelle est la meilleure instance pour en assumer la gestion ?
  • Capacité financière : A-t-on les moyens d’en assumer les coûts ou faut-il en revoir la portée ?

« C’est la rigueur sans la rigidité. Le nouveau gouvernement ne s’éparpillera pas. Il est prêt à faire ces choix lucides, courageux et nécessaires », a soutenu la ministre. Elle a poursuivi : « Notre vision est celle d’un gouvernement qui cible mieux, qui n’impose pas de solution mur-à-mur et qui n’agit pas seul ».

Une ouverture sur des façons différentes de faire les choses

Mme Jérôme-Forget a insisté sur l’importance d’instaurer des façons différentes de faire les choses pour doter le Québec d’un État moderne et efficace qui humanise les services qu’il offre et, surtout, qui est à l’écoute des citoyens.

Parmi les voies qu’elle envisage suivre, le recours aux partenariats public-privé occupe une place importante. « Il ne s’agit cependant pas de privatisation, a précisé la ministre, mais d’un moyen de profiter des occasions de rapprochement avec le secteur privé pour bénéficier de son expertise. » Un autre exemple est celui du gouvernement en ligne. L’objectif, selonMme Jérôme-Forget, est de tirer profit des nouvelles technologies disponibles, non seulement pour faire mieux à moindre coût, mais aussi pour simplifier la vie des citoyens en leur facilitant l’accès aux services gouvernementaux.

La ministre a profité de l’occasion pour souligner que le succès d’une telle démarche de l’État ne saurait être garanti sans un engagement actif et soutenu de tout le personnel de la fonction publique qui offre les services de base à la population. Pour la présidente du Conseil du trésor, « le renouveau de l’État repose sur leur savoir-faire et leur capacité à imaginer des changements innovateurs qui nous permettront d’offrir des services de qualité tout en respectant le cadre financier. Il ne fait pas de doute que nous pourrons compter sur leur expertise et sur leur volonté d’être au service de la population ».

« Le personnel du secteur public est en phase de renouvellement, les outils technologiques sont disponibles et le désir de changement des citoyens est manifeste : le moment est propice pour entreprendre la réingénierie », a conclu la ministre.

- 30 -