Vous êtes ici : AccueilBudget de dépensesArchivesBudget de dépenses 2003-2004Déposé le 11 mars 2003Des choix éclairés pour faire progresser le Québec

Des choix éclairés pour faire progresser le Québec

Québec, le mardi 11 mars 2003 - « Le gouvernement du Québec est résolument tourné vers l’avenir et il fait des choix qui visent à rendre le Québec meilleur en mettant l’accent sur les priorités de la population : la santé, l’éducation et la conciliation du travail et de la vie de famille. » Voilà ce qu’a déclaré le ministre d’État à l’Administration et à la Fonction publique et président du Conseil du trésor, M. Joseph Facal, à la suite de la présentation du Budget de dépenses 2003-2004.

« La vision des changements contenue dans Horizon 2005 : Plan d’action pour un Québec meilleur met l’accent sur les grandes valeurs collectives de la société québécoise. Et ce sont ces grandes valeurs qui ont guidé le choix des priorités du gouvernement pour la prochaine année », a affirmé le ministre. Les priorités sont :

  • la prospérité pour tous, en misant sur le plein emploi, le développement des régions et la lutte contre la pauvreté;
  • une meilleure qualité de vie, en offrant des services publics de qualité dans les domaines de la santé, de l’éducation, du soutien à la famille, de la culture et de l’environnement;
  • un Québec fort pour tous, c’est-à-dire maître de son destin et fermement engagé dans la voie du changement et de l’épanouissement de la collectivité.

Malgré le déséquilibre fiscal, le gouvernement du Québec continue, dans la limite de ses moyens, à investir dans les services qui contribuent le plus à la qualité de vie des Québécoises et des Québécois.

Santé et services sociaux

Le secteur de la santé et des services sociaux demeure l’une des grandes priorités du gouvernement. « Depuis le retour à l’équilibre budgétaire, nous avons consenti des efforts considérables pour préserver les principes fondamentaux d’accessibilité, de gratuité et d’universalité des soins de santé. Le budget de la santé a été majoré de près de 50 %. »

« En 2003-2004, l’effort consenti pour la santé est sans précédent », a souligné M. Facal. L’enveloppe du ministère de la Santé et des Services sociaux, qui était de 17,5 millards de dollars au début de l’année financière 2002-2003, est portée à 19,1 milliards à compter du 1eravril 2003. Il s’agit d’une augmentation de presque 1,7 milliard de dollars, qui se compose des dépenses additionnelles de 285 millions de dollars encourues dès 2002-2003 auxquelles s’ajoute 1,4 milliard de dollars en 2003-2004 pour appuyer concrètement les priorités du plan d’action Pour faire les bons choix.

Le ministre Facal a indiqué que ce réinvestissement permettra de relever le défi de changement dans l’organisation des services et dans la gestion du réseau de la santé et des services sociaux. Ainsi, les régies régionales et les établissements du réseau devront signer des contrats de performance qui permettront de garantir l’atteinte des résultats visés.

Éducation

Des ressources additionnelles de 657 millions de dollars sont allouées pour faire des établissements d’enseignement des milieux de vie stimulants et axés sur la réussite scolaire, soit une hausse de 6 % par rapport à l’année précédente. Les dépenses d’éducation ont augmenté de plus de 2 milliards de dollars depuis 1998-1999 pour atteindre 11,7 milliards de dollars en 2003-2004. Ce rehaussement permet de financer la croissance du coût des services et de donner suite aux engagements pris au titre des contrats de performance avec les universités, de l’entente sur le temps de travail avec les enseignants, de la prévention du décrochage scolaire avec le plan Agir tôt pour réussir et de l’accès aux activités parascolaires avec le programme Ça bouge après l’école.

Conciliation du travail et de la vie de famille

« Des investissements de plus de 200 millions de dollars permettront de mieux concilier travail et vie de famille », a affirmé le ministre. En effet, le budget du portefeuille Famille, Enfance et Condition féminine a presque doublé depuis la mise en place de la politique familiale en 1997. Il atteint plus de 2 milliards de dollars en 2003-2004, une croissance de 11,1 % par rapport à l’année précédente.

Avec cette politique familiale, le gouvernement du Québec démontre l’importance qu’il accorde à l’aspiration des Québécoises et des Québécois de concilier famille et travail. « Un premier pas en ce sens a été fait avec l’ajout de près de 38 000 places subventionnées d’ici à 2005, c’est 200 000 places qui seront offertes aux familles ayant de jeunes enfants », a poursuivi le ministre.

Investissements pour les autres priorités du plan d’action

Le budget prévoit aussi l’ajout de crédits pour donner suite aux autres priorités incluses dans le plan d’action Horizon 2005 : Plan d’action pour un Québec meilleur. Parmi celles-ci, le ministre a mentionné les mesures prises pour assurer le plein emploi et stimuler les investissements, notamment en matière de logements et de travaux routiers.

Il a aussi souligné l’ajout, pour le ministère des Régions, de crédits de 42 millions de dollars pour la mise en œuvre du plan d’action Un Québec fort de ses régions. De plus, des crédits additionnels de quelque 50 millions de dollars sont alloués au ministère de la Culture et des Communications pour la diffusion de la culture québécoise et le soutien aux artistes, dont 20 millions pour la mise en œuvre d’une nouvelle politique de cinéma Pour mieux porter le Québec à l’écran.

Par ailleurs, 40 millions de dollars sont affectés à la mise en œuvre du plan d’action sur la stratégie de lutte contre la pauvreté. Enfin, pour favoriser un « Québec vert », le ministère de l’Environnement voit ses crédits augmenter de 12 millions de dollars.

« En mettant l’accent sur les priorités de la population, le gouvernement du Québec se donne les moyens de faire progresser la société pour le bien-être des Québécoises et des Québécois d’aujourd’hui et pour celui des générations futures », a conclu le président du Conseil du trésor.

Les documents relatifs au budget de dépenses seront accessibles, à la suite de leur dépôt à l’Assemblée nationale, dans le site Internet du Secrétariat du Conseil du trésor, à la rubrique Budget de dépenses.

- 30 -