Logo du Secrétariat du conseil du trésor.
Vous êtes ici : AccueilRessources informationnellesArchitecture d'entreprise gouvernementaleStandards et normesStandard sur le clavier québécois (SGQRI 001)Standard sur le clavier québécois (SGQRI 001) - caractères

Standard sur le clavier québécois (SGQRI 001) - caractères

Les caractères du clavier québécois

Le clavier canadien comporte deux groupes. Qu'est-ce qu'un groupe ? Disons pour les besoins du clavier québécois qu'un groupe est essentiellement une couche de clavier qui comporte un ensemble de caractères bien définis. La norme ISO/CEI 9995-3 définit comme groupe 1 l'ensemble des touches nécessaires à un usage national strict. Le groupe 2 est défini comme l'ensemble des caractères utilisés commercialement pour les langues occidentales à alphabet latin et qui ne sont pas communs aux claviers nationaux, une implantation de ce groupe pouvant être faite avec un sous-ensemble de ce groupe, ce qui est le cas pour le clavier québécois. Pour nous aider à voir en quoi tout cela consiste au Canada, le hasard faisant bien les choses, nous avons trouvé au moins un clavier québécois qui utilise trois couleurs qui séparent les groupes. Sur ce clavier, les caractères du groupe 1 sont en noir et en rouge, les caractères du groupe 2 étant en bleu. Ce clavier nous permet de parler de la notion de niveau au sein d'un groupe.

Quand le groupe 1 est actif (c'est l'état implicite du clavier québécois), le niveau 1 est constitué de l'ensemble des caractères que l'on tape directement, sans appuyer préalablement sur une autre touche. Le niveau 2 est constitué des caractères dont l'accès nécessite l'usage d'une touche de sélection du niveau 2 (« majuscule » ou « shift », traditionnellement). Sur notre clavier tricolore, les caractères de ces deux niveaux traditionnels sont en noir. Les niveaux 1 et 2 permettent de taper 96 caractères, ou portions de caractères (accents), sur un clavier québécois, puisqu'il y a 48 touches. Pour écrire en français intégral, cela est insuffisant. Le niveau 3 permet d'ajouter théoriquement 48 autres caractères ou portions de caractères. La norme canadienne n'a normalisé que quelques-unes de ces positions, pour des raisons pratiques. On accède à ces caractères, en rouge sur le clavier tricolore, avec une touche de sélection du niveau 3. Cette touche, aussi en rouge dans l'illustration, est étiquetée avec un symbole qui ressemble à un arbre de Noël (double flèche blanche pointant vers le haut).

Nous allons maintenant débroussailler le groupe 2. Dans la norme canadienne adoptée en 1992, la ligature Œ n'a pas été incluse dans le groupe 1, car à l'époque, ce caractère ne se trouvait pas sur la majorité des ordinateurs utilisés ici. La situation a changé à l'approche du troisième millénaire dans lequel nous nous trouvons. Heureusement, le clavier québécois, contrairement à un clavier conforme seulement au niveau A à la norme canadienne, comporte un groupe 2, dans lequel on a attribué dès le départ la ligature Œ. Le groupe 2 d'un clavier québécois permet aussi d'écrire en au moins 14 langues occidentales, dont les langues officielles à alphabet latin écrites dans les deux Amériques (français, anglais, espagnol, portugais) de même que les langues européennes les plus connues en Europe (notamment l'allemand, l'italien et l'ensemble des langues scandinaves).

Comment accède-t-on au groupe 2 ? Les méthodes varient mais la façon recommandée à l'heure actuelle par la norme ISO/CEI 9995-3 est la suivante : il s'agit d'appuyer sur la touche de sélection de groupe (sur notre clavier tricolore, il s'agit de la touche à l'extrême droite et au bas de l'image montrant en bleu une flèche blanche pointant vers la droite). Certaines implantions font en sorte qu'une fois que l'on a appuyé sur cette touche et qu'on l'a relâchée, le clavier se trouve dans un état où seul le groupe 2 est actif, et ce, pour la frappe de la prochaine touche seulement (car certaines touches mortes nécessitent que l'on bascule au groupe 1 pour taper la lette de base). La plupart des implantations de cette touche font en sorte qu'elle agit de la même manière qu'une touche de sélection du niveau 2 ou du niveau 3 pour permette de saisir les caractères se situant à la droite des touches alphanumériques (en bleu sur le clavier). Les majuscules du groupe 2 sont alors tapées en appuyant sur la touche de changement de groupe (en bleu) et sur la touche de sélection du niveau 2 (touche « majuscule » traditionnelle, ou « shift ») avant d'appuyer sur la touche du caractère désiré.

Les glyphes agissant comme touches mortes sont les suivants :

Groupe 2

  • ° (rond haut) qui permet de taper les caractères Å et å (quand on tape un A ou un a après)
  • ~ (tilde diacritique, à distinguer du « ~ » du groupe 1, qui n'agit pas comme touche morte) qui permet de taper les caractères espagnols Ñ et ñ, de même que les caractères portugais Ã, ã, Õ et õ.
  • ´ (accent aigu), sur la même touche que le point-virgule (ce n'est pas simple!!!), qui permet de taper des caractères non français, utilisés en diverses langues, qui comportent un accent aigu : Á, á, Í, í, Ó, ó, Ú, ú, Ý et ý (en plus du É et du é, bien sûr).
  • ¯ (macron), utilisé au niveau de conformité C à la norme canadienne pour écrire certaines lettres considérées comme savantes. Le niveau de conformité C allant au delà du clavier québécois, nous laisserons cela de côté. Le macron peut être obtenu seul en le faisant suivre d'un espace, puisque aucune lettre du groupe 2 ne comporte cet accent sur un clavier québécois.

Groupe 1

  • ` (accent grave, sur la même touche que l'accent circonflexe, ce qui n'est pas simple non plus !), permet de composer les caractères suivants : À, à, È, è, Ì, ì, Ò, ò, Ù, ù (on aura noté que les caractères français de cette liste sont tous aussi accessibles directement dans le groupe 1.
  • ^ (accent circonflexe), pour les caractères français Â, â, Ê, ê, Î, î, Ô, ô, Û et û.
  • ¨ (tréma), pour les caractères français Ë, ë, Ï, ï, Ü, ü, Ÿ, ÿ et les caractères allemands et scandinaves Ä, ä, Ö et ö.

Dans le groupe 2, certains caractères gravés en majuscule seulement se tapent aussi en minuscules :

  • la lettre danoise Ø et les lettres islandaises Þ et Ð ont comme contreparties minuscules : ø, þ et ð ;
  • le digramme soudé ou ligature Æ (aussi lettre à part entière de l'alphabet danois) correspond bien sûr au caractère minuscule æ.

Tous les autres caractères sont montrés directement, sauf peut-être la ligature Œ, très importante pour écrire en français international, qui se trouve, lorsqu'elle est implantée (à l'heure actuelle, ce ne sont pas tous les pilotes de clavier qui ont été mis à jour), sur la même touche que la lettre E, mais dans le groupe 2.

Retour en haut de la page

 

Groupes et niveaux à partir d'une touche de clavier 

Niveau 1

Niveau 2

Niveau 3

Le niveau 1 est constitué de l'ensemble des caractères que l'on tape directement, sans appuyer préalablement sur une autre touche.

Le niveau 2 est constitué des caractères dont l'accès nécessite l'usage d'une touche de sélection du niveau 2 (« majuscule » ou « shift », traditionnellement).

Le niveau 3 permet d'ajouter théoriquement 48 autres caractères ou portions de caractères. La norme canadienne n'a normalisé que quelques-unes de ces positions, pour des raisons pratiques. On accède à ces caractères, en rouge sur le clavier tricolore, avec une touche de sélection du niveau 3.

Groupes et niveaux d'une touche de clavier

Retour en haut de la page

 

Taper tous les caractères de la touche la plus complète
(5 caractères)

Caractères

Appuyer

et

Position

Point « . »

 

Niveau 1 du groupe 1.

Guillemets anglais «" » 

Niveau 2 du groupe 1.

Signe « >  »

Niveau 3 du groupe 1.

Groupe 1, colonne de gauche

Caractères

Appuyer

sur

et

Position

Point médian « . »

 

Niveau 1 du groupe 2.

Signe « ÷ »

Niveau 2 du groupe 3.

Groupe 2, colonne de droite

Source: Office québécois de la Langue Française

Retour en haut de la page